:: the world is my home :: Around the town Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

J'embrasse mon rival, mais c'est pour l'étouffer (Tarek)

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
avatar
12/12/2017
39
75
dresseuse de chevaux ; bookmakeuse.
Voir le profil de l'utilisateur








Elliott Alvarez
it's just another day
Lun 15 Jan - 22:57

   Elliott se radoucit face à lui. Pour une fois, elle apprécie de ne pas se battre et veut profiter de la soirée comme deux amis le feraient. Pour prouver sa bonne foi, elle lui fait une confidence lourde de sens, affirmant que son père serait fier de lui. Le jeune homme lui retourne le compliment, mais elle a un peu de mal à s’en convaincre. « Tu crois ? » qu’elle demande, pas certaine qu’il soit dans le vrai. Son père n’a jamais caché son attachement pour Tarek, il était en revanche beaucoup moins démonstratif avec Ellie. Mais peut-être qu’il apprécierait de savoir que ses deux héritiers sont parvenus à s’entendre assez pour faire honneur à sa mémoire.

Après avoir commandé les pizzas chez le seul commerçant encore ouvert en cette soirée de Noël, Elliott va s’installer sur le dossier du canapé pendant que son colocataire s’occupe d’allumer quelques bougies. Aussitôt, la soirée prend des allures de rencard qui, étrangement, ne semble pas déplaire à la jeune femme. Celle-ci regrette seulement que le repas ne soit pas celui qu’ils pouvaient espérer pour un soir de fête. « Si j’avais su que tu rentrais, j’aurai sûrement prévu autre chose. Désolée, je pensais passer la soirée en tête-à-tête avec moi-même. » Finalement, la présence de Tarek la réjouit plus qu’elle ne veut bien l’admettre. Bien sûr, avec lui elle se sent en sécurité. Pourtant, ce n’est pas la seule raison pour expliquer sa bonne humeur. Puisque l’ambiance s’y prête, la jeune femme annonce qu’elle est parvenue à remonter à cheval, ce qui n’était plus arrivé depuis l’accident. Elle sait qu’il ne s’est jamais pardonné ce pari idiot qui l’a conduite à l’hôpital. Tout comme elle ne lui a pas pardonné. Mais les fêtes de fin d’année sont aussi l’occasion pour mettre de côté les rancoeurs et les disputes pour se concentrer sur des sentiments plus chaleureux. A en juger par le sourire qui illumine soudain son visage, la nouvelle a l’effet escompté. Tarek commence même à tirer des plans sur la comète, persuadé qu’elle réussira à dresser le prochain cheval qu’on leur amènera. Craignant qu’il ne s’emballe trop vite alors qu’elle a toutes les peines du monde à descendre de sa selle, Ellie nuance quelque peu ses progrès. «  Je sais pas si j’serai capable… J’ai encore du mal. » Sans lui, elle est persuadée qu’elle n’arrivera à rien. Mettre sa fierté de côté pour lui demander son aide lui paraît trop difficile, ce pourquoi elle n’a pas l’intention de prendre la responsabilité d’un animal sans être sûre de pouvoir y arriver seule. Pour fêter ça, le jeune homme remplit de nouveau les coupes et porte un toast en son honneur, la faisant ainsi rougir malgré elle. « T’exagères un peu… Mais merci. » souffle-t-elle en esquissant un doux sourire. « Nos petites cavalières en herbe vont être contentes de savoir que tu es de retour. Ces gamines t’adorent, à chaque leçon j’avais droit à la même question : ‘quand est-c’qu’il revient Tarek ?’. J’pense que tu leur as manqué ! » Et la vérité, c’est qu’il lui a manqué aussi.



AVENGEDINCHAINS
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
24/12/2017
186
203
Éleveur et dresseur de chevaux
Voir le profil de l'utilisateur








Tarek Younane
it's just another day
Dim 21 Jan - 2:03

    Un soupçon d’alcool, un brin de compliments, tout ce qu’il faut pour teinter d’un peu de rouge les joues de la jeune femme et lui donner le sourire. Tarek sourit à son tour, appréciant l’instant. Cela va si bien à Elliott. Elle évite de faire durer cet état en parlant des gamines qui prennent des cours d’équitation. Dommage. Il se met à rire. — J’ai tant de succès auprès de la jeunesse ? Tu les prends trop à rebrousse poil quand elles s’y prennent mal. Moi je les encourage quand elles réussissent. C’est toujours plus motivant quand on valorise quelqu’un et ces petites en ont besoin. Il la regarde en fronçant très légèrement les sourcils, un petit air coquin à la clé. — Oh ! Tu ne parlais pas de ça. Tu faisais allusion à mon charme fou qui fait tourner la tête de la gente féminine. Elles sont un peu jeunes pour moi. Elles devront attendre. Et même en attendant longtemps... Celle qu’il regarde, là, maintenant... Il voudrait fermer les yeux, ce serait beaucoup plus simple. Quand il pose son regard sur elle... La première fois qu’il l’a vue dans le couloir d’école, c’est la plus douce des lumières qui lui a transpercé le coeur. Comment ont-ils fait pour se trouver, s’éloigner et se perdre ! La pire des stupidités. Elle a toujours cette aura, si spéciale. Il sourit bêtement, comme dans ce couloir, le premier jour. Est-ce qu’elle l’avait repéré ce sourire sot qu’arborait ce gamin paumé qu’il était ? S’il n’y avait pas eu cette heure de colle pour les faire assoir l’un à côté de l’autre, il ne sait pas s’il aurait osé lui parler. — Tu as toujours la même petite fossette au bord de la joue quand tu souris. J’avais trouvé cela tellement attendrissant. Les plus belles choses ne changent pas. Il se mord la lèvre inférieure. Il a pensé tout haut. Il n’a pas fait ça ! Il s’en veut terriblement. Mal à l’aise comme pas possible. Il passe sa main dans ses cheveux pour se donner une contenance, le regard trainant partout dans la pièce essayant absolument de ne pas croiser celui d’Elliott. — Un autre verre de champagne ? Il contourne le canapé pour rallier à grands pas la bouteille. Il remplit son verre et le vide d’un trait. C’est l’instant précis que choisit le livreur pour sonner à la porte. Sans hésiter il se lance. — J’y vais. Il ne lui laisse pas la possibilité de le faire si l’idée lui était venue. Il revient l’instant d’après deux cartons entre les mains. — Le diner est arrivée, princesse. Quand il la voit, il doit faire tous les efforts du monde, pour que sur ses lèvres ne se dessinent pas ce sourire stupidement émerveillé du gamin d’une douzaine d’années.


AVENGEDINCHAINS
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
12/12/2017
39
75
dresseuse de chevaux ; bookmakeuse.
Voir le profil de l'utilisateur








Elliott Alvarez
it's just another day
Ven 26 Jan - 1:49

   Comme souvent, Tarek n’hésite pas à mettre en avant son charme naturel pour expliquer son succès auprès des jeunes filles auxquelles il donne habituellement des cours. S’il commence par critiquer la pédagogie d’Elliott envers leurs élèves, le jeune homme ne manque pas de lui rappeler qu’elles ont certainement craqué pour lui, ce qu’elle ne peut pas nier. « Ouais, tu as déjà bien assez à faire avec leurs mamans non ? » qu’elle rétorque sur un ton sarcastique, presque acerbe. Si elle ne se connaissait pas si bien, elle jurerait entendre une pointe de jalousie teinter sa voix. Mais non, bien sûr. Il ne s’agit là que d’une moquerie sans la moindre arrière-pensée. C’est en tout cas ce dont elle tente de se convaincre. Il semble pourtant que Tarek soit décidé à la mettre mal à l’aise, remarquant la petite fossette caractéristique de chacun de ses sourires. Abasourdie, Elliott baisse instinctivement la tête pour qu’il ne voit pas ses joues s’empourprer soudainement. « Tarek… » souffle-t-elle, incapable de répondre autrement à ces mots dont elle n’est pas sûre de comprendre la portée. Depuis quand la trouve-t-il attendrissante ? Elliott se surprend à aimer ce qu’elle entend et doit se faire violence pour enterrer ces bons sentiments qui émergent peu à peu à son encontre. Heureusement, l’éleveur propose un peu plus de champagne. « Volontiers oui. » Il ressert sa coupe alors que déjà les effets de l’alcool font doucement rougir la texane. A moins qu’il ne s’agisse des propos de Tarek ? Le livreur de pizza vient heureusement interrompre ses questionnements et le jeune homme s’empresse d’aller lui ouvrir. Il dépose les cartons sur la table pendant qu’Ellie s’installe. Un dîner aux chandelles pour le moins atypique mais qui a un certain charme. Elliott ouvre sa boîte et prend l’une des parts déjà coupées pour en avaler une bouchée. Après un court silence, elle reprend la parole. « Merci d’être rentré… Pour moi. J’suis heureuse que tu sois là. » Un aveu difficile, énoncé à voix basse et très vite noyé dans une gorgée de champagne. « Le ranch est bien trop grand pour moi toute seule. Et puis.. Les mauvaises visites sont plus rares quand t’es à la maison. » ajoute-t-elle comme pour se justifier. Admettre qu’il lui a manqué, c’est au-dessus de ses forces. Elle a besoin d’un prétexte, d’une raison valable pour expliquer que sa présence la rassure et l’apaise malgré leurs conflits quasi permanents. Bien qu’elle ne soit définitivement pas prête à lui pardonner un accident dont il n’est qu’à moitié responsable, Tarek est devenu son pilier sans même s’en rendre compte. Il est celui qui la pousse à se dépasser, à rejeter la douleur pour se consacrer corps et âme au ranch. Et il est également celui qui veille à ce qu’elle n’en fasse pas trop et qui l’oblige à aller s’allonger quand elle est à bout de force.


AVENGEDINCHAINS
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
24/12/2017
186
203
Éleveur et dresseur de chevaux
Voir le profil de l'utilisateur








Tarek Younane
it's just another day
Ven 9 Fév - 0:16

    Un diner très particulier, entre des aveux à peine effleurés que déjà masqués, la bouteille de champagne qui sera probablement morte avant que les pizzas ne soit complètement dégustées, des bougies dont les flammes dansent entre le souffle de chacun d’eux, face à face à la table. Une soirée très particulière en effet. Elliott entame sa part sans attendre d’avantage. Lui se lance à son tour. Il se concentre sur la forme ronde devant lui, dont il manque un sixième maintenant. Il a choisi une recette qu’il espérait épicer, mais les premières bouchées lui laissent un doute. Quand il entend la voix d’Elliott, il relève la tête. Elle le remercie. Il n’ose pas sourire parce que le mot « heureuse » a dû être difficile à dire. Cependant l’entendre est une douce musique. — Je suis heureux d’être là moi aussi. Une phrase qu’il énonce avec douceur. La soirée prend des airs de fêtes tout à coup. Peut-être pourrait-il offrir le cadeau, si les choses sont au beau temps. Avant qu’il ne se lance à se lever pour aller fouiller sa valise, Elliott reprend la parole après avoir posé son verre. S’occuper d’un ranch seule, évidemment que c’est contraignant surtout qu’elle n’est pas totalement remise de la maudite chute même si... même si enfin elle peut remonter sur un cheval. Ce qui le dérange dans ce que dit la jeune femme, ce sont les « mauvaises visites ». Il baisse le regard, pose le morceau déjà bien entamé dans le carton d’origine. — On ne peut pas laisser passer ça. Il tend le doigt vers la trace qu’elle porte encore sur le visage. — Les mauvaises visites comme tu dis, c’est inacceptable. La prochaine fois ce sera quoi ? Un type qui déboulera avec une batte de baseball pour te casser un bras, ou pire. Elle n’a pas dit ouvertement qui s’en est pris à elle. Il sait plus ou moins pourquoi. Une de ses activités pas totalement honnêtes, mais tant qu’elle ne l’avoue pas... — Tu peux porter plainte pour coup et blessure. C’est une bonne manière de remettre au pas un client enragé. Non ? Mêler la police n’est pas totalement judicieux. Elliott pourrait se retrouver en mauvaise posture. Il n’en connait d’ailleurs pas toutes les ficelles, mais elle a était trop loin cette fois pour avoir subit un tel retour de bâton. Il espère la faire réagir positivement et se calmer de ce côté là, abandonner serait l’idéal. Mais que faire, comment agir, pour son bien et tout en éviter un mal. — Je n’ai pas envie de te retrouver étendue par terre, en miette. Cela s’est produit une fois, pour un défi stupide, c’est une de trop. Là ce serait bien plus stupide et tragique.


AVENGEDINCHAINS
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
12/12/2017
39
75
dresseuse de chevaux ; bookmakeuse.
Voir le profil de l'utilisateur








Elliott Alvarez
it's just another day
Sam 10 Fév - 12:00

   Il faut un certain cran à Elliott pour avouer à Tarek qu’elle est heureuse de le revoir. C’est en quelque sorte admettre qu’elle a besoin de lui, qu’elle s’en sort moins bien toute seule. Sa lèvre abîmée en témoigne, il est donc inutile de le nier plus longtemps. Ce qu’elle ne dit pas en revanche, c’est qu’au-delà de ce sentiment de sécurité qu’elle éprouve à ses côtés, son colocataire lui a manqué. Sa présence au quotidien, son soutien, même leurs disputes. Il faut dire que depuis des années, les deux n’ont jamais été séparés bien longtemps. L’éleveur entame à son tour la pizza avant de répondre. Lui aussi est heureux d’être rentré. Elle a un peu de mal à le comprendre : à Houston, il était entouré de personnes qui le considèrent comme de la famille. Ici, il n’y a qu’elle, quelques bougies et deux pizzas. L’alcool semble délier les langues. Elliott se montre particulièrement chaleureuse, contrastant ainsi avec la jeune femme froide et distante qu’elle est au quotidien. Pourtant, son sourire se fane un peu lorsqu’il désigne sa blessure. La réaction de Tarek est sans appel. Il s’inquiète de la voir jouer avec le feu. Mais elle est comme ça Ellie. Elle est accro à l’adrénaline que lui procurent ces paris clandestins, elle a le goût du risque et refuse d’y renoncer malgré les nombreuses mises en garde du jeune homme. « T’exagères. C’est pas si grave. Le ton est monté un peu, c’est tout. » qu’elle lâche en grimaçant, bien consciente que minimiser la situation n’arrangera rien. La belle noie sa gêne dans le champagne et soupire : la proposition de Tarek ne la surprend pas. Il veut qu’elle porte plainte, qu’elle implique le système judiciaire. Elle secoue la tête de droite à gauche et répond d’un air las. « Tu sais que j’peux pas. T’es là maintenant, ça va en dissuader plus d’un. » Force est de reconnaître que les clients sont plus respectueux quand le copropriétaire apparaît en arrière-plan, même si Elliott évite autant que possible de faire appel à lui. Il reprend la parole pour tenter une nouvelle fois de la convaincre. Son argument la touche en plein cœur mais son visage demeure impassible. « J’ai déjà prouvé que j’étais solide, non ? » réplique-t-elle avant de réaliser qu’elle aurait peut-être dû y réfléchir à deux fois avant de rappeler un souvenir douloureux pour lui comme pour elle. Ellie termine sa coupe de champagne et se sert une seconde part de pizza dans laquelle elle croque avec gourmandise. « Tu ne devrais pas t’inquiéter pour moi. Pas maintenant. C’est la veille de Noël ce soir, on devrait s’amuser. » Un sourire espiègle se dessine sur les lèvres de la jeune femme. « Finis ta coupe cul sec. Cap ou pas cap ? » lance-t-elle d’un air défiant. Des années qu’ils n’ont plus joué à ce jeu qui a viré au drame. Mais ça lui manque un peu à Elliott. Avec l’accident, ils ont perdu ce grain de folie qui rythmait leurs vies à l’époque.    


AVENGEDINCHAINS
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
24/12/2017
186
203
Éleveur et dresseur de chevaux
Voir le profil de l'utilisateur








Tarek Younane
it's just another day
Ven 16 Fév - 1:04

    Les réponses d’Elliott ne l’étonnent pas. Il fallait tenter. Il faudra se résigner à être son garde du corps, discret et silencieux. Il le fera, aucun doute là-dessus. Il espère que cela sera suffisant, qu’un jour elle n’ira pas trop loin. Il est clair que ce soir, la situation ne se débloquera pas. Alors il hoche de la tête et cède, même s’il pose un regard sombre sur elle durant une seconde quand elle parle d’être solide. Un coup de chance surtout. Qu’il y en est deux est plus hasardeux. C’est vrai qu’elle a raison, c’est Noël, il devrait y avoir de la bonne humeur au milieu de cette veillée. Elle propose le jeu. Ce jeu qu’ils ont partagés longtemps. Les défis. Elle lui lance l’un d’entre eux. Il sourit. « Facile. Cap bien sûr ! » Il prend sa coupe dans une main et la porte à ses lèvres. Il penche la tête en arrière pour être sûr que la dernière goutte glisse du verre à sa bouche. Il la repose sur la table tout sourire. « Même pas peur. » Il remplit les deux verres de nouveau. Le deuxième a du mal à se remplir complètement. Il observe la bouteille, la secoue. « Je crois qu’on a fait un sort à cette malheureuse. » Il hausse un sourcil. Il pourrait relancer le défi en lui proposant de vider sa coupe à son tour. Peut-être même aller chercher une autre bouteille de champagne dans la cave du ranch. Il se lève. « Ne te sauve pas. J’ai un défi pour toi. » Il quitte la pièce pour rejoindre l’entrée où se trouvent toujours ses bagages. Il ouvre sa valise, fouille parmi les vêtements pour trouver l’objet qu’il souhaite. Il referme pour éviter de laisser tout en vrac. Retour au salon. Un air neutre. Si l’idée est mauvaise, la réaction d’Elliott risque de lui enlever, alors il s’abstient et met la découverte sur la balance de leur jeu. Il pose la petite boite emballée dans un papier fleuri au milieu de la table. « Cap ou pas cap de l’ouvrir ? » Si elle relève le défi, elle découvrira un bracelet, sans grande valeur marchande. Mais ce n’est pas un simple bracelet. Quelques jours avant le tout premier Noël qu’ils ont passé ensemble, les deux gamins qu’ils étaient alors, avaient le nez collé à la vitrine du bijoutier. Il lui avait demandé s’il lui plaisait, elle avait haussé les épaules. A l’époque, il n’avait pas l’argent pour l’acquérir et lui offrir. Ensuite les événements lui avaient fait oublier. Et puis au Noël dernier, il y a repensé. Il est allé voir le fameux bijoutier presque à la retraite. Le commerçant s’est mis à rire devant sa recherche de ce bijou qu’il qualifia d’antique pacotille. Il lui a conseillé de chercher chez un brocanteur ou sur le net, quelqu’un qui revendrait le sien. Tarek ne voulait pas d’une occasion portée par je-ne-sais-qui. Il s’est mis à raconter, l’enfance, l’amitié, les défis, l’accident, le ranch. L’homme touché par l’histoire a dit qu’il rechercherait le fabriquant, que peut-être... Fabriquant fermé, stock vendu aux enchères, la recherche a pris presque un an ! Un roman n’oserait jamais une idée pareil. Tarek a peur de sourire, bien trop peur... Si elle ne se souvenait pas !


AVENGEDINCHAINS
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
12/12/2017
39
75
dresseuse de chevaux ; bookmakeuse.
Voir le profil de l'utilisateur








Elliott Alvarez
it's just another day
Mar 20 Fév - 1:19

   Inutile d’inquiéter Tarek. Cette altercation dans laquelle elle a été prise quelques jours plus tôt ne le concerne ni de près ni de loin, elle ne veut pas l’impliquer dans les affaires qu’il désapprouve. Même s’il la soutient chaque fois qu’elle a besoin de lui, il n’a jamais aimé le fond de commerce d’Elliott. Pourtant, les paris, c’est son truc à lui aussi. Mais il joue honnêtement, contrairement à la texane qui est passée maîtresse dans l’art de tricher, ruser, mentir et voler. Pas étonnant donc qu’elle se trouve régulièrement la cible de clients mécontents qui n’hésitent pas à s’exprimer quand l’envie s’en fait sentir. Elle n’a de toute façon pas envie d’en parler. Noël est un soir de fête, elle a besoin de s’amuser. Et elle sait combien Tarek peut être un partenaire de jeu combattif. Alors elle replonge un instant en enfance, retrouve l’insouciance éphémère qui était la leur à l’époque pour lui proposer un défi anodin. Il le relève fièrement et termine sa coupe d’une traite avant de remplir les deux flûtes de champagne, achevant la bouteille à peine ouverte. « On ne lui a laissé aucune chance ! » réplique-t-elle d’un air faussement coupable. Et tandis qu’elle porte de nouveau son verre à ses lèvres, Tarek lui demande de rester à sa place. Intriguée, elle le suit du regard jusqu’à ce qu’il revienne à la table poser sur celle-ci une petite boîte entourée de papier cadeau. Désemparée, Elliott affiche sa surprise. A aucun moment elle n’a imaginé qu’il prendrait la peine de lui offrir quoi que ce soit. D’autant plus gênée qu’elle n’a rien pour lui, si ce n’est cette trêve qu’il semble apprécier. Il lance une nouvelle provocation, mais elle a un peu de mal à réagir. Son regard accroche le sien brièvement et se reporte sur la boîte qu’elle prend entre ses mains. « Cap. » qu’elle murmure en déchirant le papier sans avoir la moindre idée de ce à quoi s’attendre. Lorsqu’elle découvre le bracelet, elle ne peut pas réprimer le sourire sincère qui se dessine sur ses lèvres. Touchée en plein cœur, la belle se remémore l’après-midi au cours duquel elle l’a vu pour la première fois des années auparavant. Après une violente dispute avec son père, Tarek et elle étaient allés se promener dans le centre-ville. A l’approche des fêtes, les vitrines des magasins faisaient rêver les deux gamins qui s’étaient extasiés devant celle du bijoutier. Elliott n’a jamais oublié avec quelle facilité son ami a effacé ses larmes ce jour-là. « J’y crois pas... Comment t’as fait ça ? » D’une main un peu tremblante, Elliott sort le bijou de son écrin et se lève pour se placer en face de Tarek. Elle tend son poignet afin qu’il l’aide à l’attacher et en profite pour le dévisager, comme si elle le découvrait pour la première fois. « Merci... C’est adorable, y a pas d’autre mot. » avoue-t-elle bien malgré elle, obligée de reconnaître la beauté du geste. « J’suis désolée j’ai rien pour toi.. J’pensais pas que tu m’ferais un cadeau. Mais j’me rattraperai, c’est promis. » L’étonnement est sincère. Et voilà qu’elle culpabilise, Ellie. Elle marque une pause, réprime un frisson étrange lorsque les doigts du brun frôlent la peau de son poignet. Puis elle reprend, avec une assurance déconcertante. « Ferme les yeux. Cap ? »

AVENGEDINCHAINS
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
24/12/2017
186
203
Éleveur et dresseur de chevaux
Voir le profil de l'utilisateur








Tarek Younane
it's just another day
Jeu 22 Fév - 0:02

    Soulagé par la réaction d’Elliott, Tarek pousse un soupir intérieurement. Il peut sourire et se rassasier de cet doux instant. « Comment j’ai fait ? J’ai écrit une lettre au père Noël et il m’a envoyé l’un de ces lutins orfèvres. Je lui ai décrit le bracelet et il l’a recréé exprès pour l’occasion. Je n’étais pas très sûr de la taille, mais à voir comme cela, je dirais qu’il devrait aller. » Il s’est un peu redresser pour dominer la scène et faire ce constat. En effet, c’était la question la plus délicate. La bonne taille ! Des remerciements et surtout son poignet qu’elle lui tend pour fixer le bracelet. « Ce n’est pas grave si tu n’as rien à m’offrir. S’il te fait plaisir, c’est mon cadeau. Le plus beau des cadeaux. » Cet instant est un de ces petits bonheurs qui font la richesse de la vie. Il ne veut pas en perdre une miette. Il prend grand soin avec le bijou et ajoute beaucoup de délicatesse pour l’attacher. Mais ce serait trop simple d’ouvrir le fermoir et de boucler directement. Il n’est pas mal habile de ses mains, mais là, il met un soupçon de maladresse pour faire durer. Avoir Elliott si près de lui, l’avoir entre ses doigts, c’est trop agréable pour que cela ne dure qu’un battement de cil. « Voilà. Je crois que j’ai réussi. » Il la regarde en souriant. Il a l’impression de retrouver les premiers instants complices qui les rapprocher à une époque lointaine. Comme s'il s'agissait de leur premier Noël, il voudrait réécrire entièrement l’histoire, ôter toutes les mauvaises choses, garder les bonnes et ajouter des merveilleuses. A peine le temps d’ouvrir le cahier aux pages blanches, de prendre la plume et de la plonger dans l’encrier que la jeune femme reprend la route de la vie avec un nouveau défi. Fermer les yeux. Un défi qui oblige à prendre un risque, mettre sa vie en danger, n’est pas aussi dangereux que celui-ci. Tant qu’on garde le contrôle de ses gestes, de ses choix, on garde le pouvoir sur le défi, on peut même le réorienter pour l’atténuer ou le relativiser. Là, c’est le défi absolu. C’est s’abandonner au bon vouloir de l’autre, le laisser faire tout ce qu’il veut de bon ou de mauvais. Le laisser être le maître et s’offrir en marionnette obéissante. Alors il hésite un instant. Mais il n’a pas envie de résister à Elliott. Il ne dit rien, il ne répond pas à la provocation. Il ne fait qu’une seule chose : fermer les yeux.


AVENGEDINCHAINS
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
12/12/2017
39
75
dresseuse de chevaux ; bookmakeuse.
Voir le profil de l'utilisateur








Elliott Alvarez
it's just another day
Jeu 22 Fév - 23:07

   Un bracelet. Il ne s’agit que d’un bracelet, et il n’a sans doute pas une grande valeur marchande. Pourtant, aux yeux d’Elliott, c’est bien plus qu’un simple bijou. C’est le souvenir d’une époque qui lui manque atrocement. Cette époque où tout était plus facile, plus amusant, où elle n’avait pas mal en permanence. Tarek s’est probablement donné du mal pour réussir à le retrouver, ce qui suffit à expliquer le trouble grandissant dans le regard de la jeune femme, qui se lève pour que son ami puisse lui accrocher le fermoir. « T’es vraiment dingue, tu sais ça ? » qu’elle souffle d’un sourire attendri pendant qu’il lui explique avoir contacté le Père Noël et ses lutins pour mettre la main sur ce fameux cadeau. Et ça la met d’autant plus mal à l’aise qu’elle n’a pas envisagé l’idée de lui offrir quoi que ce soit, puisqu’elle était persuadée qu’il passerait les fêtes avec sa famille au Texas. Le voir revenir à l’improviste avec ce bracelet la place dans une position inconfortable. Ellie n’a jamais aimé se sentir redevable, et voilà qu’elle regrette sérieusement de s’être montrée aussi dure avec son colocataire après toutes ses tentatives pour apaiser leurs relations. Le poignet habillé par les soins du jeune homme, Elliott reste un moment sans rien dire, juste pour savourer la beauté de l’instant qu’ils partagent. Comme si tout était effacé, au moins le temps d’une soirée particulière. Pour continuer leur petit jeu, elle demande à Tarek de fermer ses yeux. Il a toutes les raisons du monde de ne pas l’écouter : il pourrait se méfier, après tout ce qu’elle a pu lui dire ou lui faire, il serait légitime qu’il ne lui accorde pas la moindre confiance. Mais ce soir, ni l’un ni l’autre ne veut de cette tension qui est devenue quotidienne entre eux. Alors il s’exécute, s’abandonne à l’entière volonté de la jolie texane qui prend le temps d’observer le visage serein de Tarek. Du bout des doigts, elle effleure à peine sa joue, caresse doucement sa lèvre inférieure qu’elle se surprend à regarder avec une envie qu’elle a si longtemps réprimé. Et puis, l’alcool aidant peut-être, elle se hisse sur la pointe des pieds pour déposer un baiser tout au coin de ses lèvres, les joues rougies par la gêne et l’abus de champagne. Quelques secondes seulement, un geste comme hors du temps, mais déjà la belle s’éloigne un peu pour ne pas être tentée d’aller plus loin. Parce qu’elle n’a jamais pu le nier : Tarek est un jeune homme séduisant, assez en tout cas pour qu’un sourire de sa part suffise à éclipser partiellement toute la rancœur qu’elle éprouve à son égard. Ne sachant plus trop où se mettre, Ellie baisse la tête et souffle longuement, comme si cela pouvait l’aider à évacuer l’envie dérangeante que ce soudain rapprochement a fait naître en elle. « On... On devrait les finir avant que.. Que ça refroidisse. » qu’elle murmure faiblement, pas vraiment convaincue de ce que cette soirée signifie pour lui comme pour elle.


AVENGEDINCHAINS
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
24/12/2017
186
203
Éleveur et dresseur de chevaux
Voir le profil de l'utilisateur








Tarek Younane
it's just another day
Dim 4 Mar - 22:36

    Tarek a fermé les yeux. Il se livre à Elliott. Il n’est cependant pas lié comme le veau, cible des rodéos, qui finit au sol les quatre pattes attachées par une corde. Ses mains sont libres. Il pourrait... Il sent sa peau s’électriser sous le passage à peine perceptible des doigts de la jeune femme sur sa joue. Un magnétisme entre leur peau. Les doigts continuent leur chemin jusqu’à sa lèvre. Cette douceur est presque un torture. Il pourrait céder à l’envie qui nait. La prendre dans ses bras. Il se retient, de fermer les poings comme s’il retenait son geste à elle un peu plus longtemps. Il se retient de bouger ne serait-ce qu’un doigt. Ce ne sont plus les bouts de doigts qu’il perçoit c’est encore plus doux, plus brûlant que tout. Un baiser qui ose à peine. Un baiser déjà envolé. Un baiser au coin de ses lèvres. Il retient sa respiration, ça n’est même pas volontaire. C’est elle toute seule qui s'abstient, elle accompagne Elliott sur la pointe des pieds. Un équilibre entre le souffle de l’homme et le geste de la femme. Equilibre précaire, derrière ses yeux fermés, il est pris d’un vertige. S’il la cueillait maintenant... Il se retient et laisse les flammes lui lécher le corps. Il se retient. Il garde l’émotion encore quelques secondes. Il l’a senti s’éloigner, une brise fraîche entre eux deux est née du mouvement. Il attend son accord pour reprendre le cours de la soirée. Elle ne tarde pas. Elle parle de finir les pizzas. Il cache un soupir derrière un sourire et ouvre les yeux. Les pizzas, bien sûr, c’est le bon moyen pour éviter de poursuivre dans une direction qui ne les laisserait pas simples colocataires, simples co-propriétaires d’un ranch. Il ne dit rien ne voulant pas jeter les dernières sensations dans du bruit. Il la regarde depuis qu’il a rouvert les yeux. Mais maintenant il baisse le regard vers les cartons d’emballage encore garnis de parts. « Elles doivent déjà être froides. Même si elles ne le sont pas tout à fait, elles le seront en comparaison. » Parce que oui, rien ne peut être aussi chaud que ce baiser. Il est gêné. Il l'a sent gênée. Lui n'aurait jamais osé ce qu'elle vient de faire. Aucun défi possible après celui-ci. Ouvrir une autre bouteille deviendrait trop dangereux. « Tu as gagné. Je rends les armes. » C’est davantage que les armes qu’il dépose à ses pieds. Sa force l’a abandonné. S’il l’avait prise dans ses bras... il pourrait encore maintenant... le charme se romprait. C’est Noël. Il comprend ce soir ce qu’on appelle la magie de Noël.


AVENGEDINCHAINS
   
Revenir en haut Aller en bas









Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: the world is my home :: Around the town-
Sauter vers: